207. Il devait être illustré par Marie Laurencin, et lui être dédié sous son nom d’épouse, « Madame la baronne de Waetjen ». Magdalena van de Passe, Peter Paul Rubens, 1617 - 1634, The Rijksmuseun. Publication préoriginale : Les Soirées de Paris, nº 26-27, juillet-août 1914. Dans l’édition originale le calligramme est imprimé sur deux pages et basculé à l’horizontale ; nous avons retenu la disposition plus lisible adoptée par les éditions ultérieures. 252. Apollinaire invente le mot « Calligramme » en contractant deux mots : calligraphie (art de la belle écriture) et idéogramme (signe représentant un mot ou une idée). 2018 - Découvrez le tableau "Calligramme" de Eric Rigollaud sur Pinterest. Apollinaire – La Colombe Poignardée et le jet d’eau. Apr 2, 2015 - Un calligramme : Poème écrit en forme de dessin. 84. Le calligramme est une discipline artistique qui consiste à écrire un poème tout en lui donnant une forme esthétique. Reprenant sur le mode badin le motif lyrique du ubi sunt, il clôt aussi le cycle amoureux de Lou, et dit adieu aux guerres chevaleresques « d’autrefois ». Calligrammes by Guillaume Apollinaire from ‘Poems of Peace and War’. Sous le titre global « À la Tour — 1910 » il est suivi de trois poèmes de Cendrars (réunis sous le titre « Tour » dans 19 poèmes élastiques). 2018 - Explorez le tableau « Calligramme » de 3petits.etc, auquel 186 utilisateurs de Pinterest sont abonnés. Le poème est un emblème du credo esthétique d’Apollinaire. Apollinaire essaie de libérer la parole et la page de son immobilisme et de représenter le mouvement et la durée qui sont propre à la vie et au monde. Comme pour « Les Fenêtres », une légende du poème en explique les détails : l’ami, Jacques Dyssord, en partance pour Tunis où il veut fonder un journal, le Danois Peter Madsen, la brasserie, la servante rousse (voir Po, p. 1081). Bien qu’on ne puisse le dater, il est probable qu’il s’agit d’une composition ancienne qu’Apollinaire s’est remémorée au moment de quitter Nîmes pour le front. Nous sommes en 1918, avec ce calligramme Guillaume Apollinaire présente la Tour Eiffel comme un symbole de la force de la France devant les allemands. Un manuscrit intitulé « Le Poète » et conservé au Musée de Stavelot contient presque mot pour mot les vers 4-10 du poème. 81. Un récit de Pierre Roy évoque une composition improvisée en présence de Serge Férat, Chirico et de son frère Savinio, « divinités » en train de naître. Publication préoriginale : Mercure de France, nº 433, 1er juillet 1916. Apollinaire a retranché quelques passages qu’il a sans doute jugés exhibitionnistes (« Je suis fier de ma virilité puisqu’elle se dresse »), digressifs (une note sur « le train entre Vera Cruz et Mexico », qui ramenait du côté de « Lettre-Océan »), ou redondants. Guillaume Apollinaire’s Calligrammes reveals a modernism unmatched by English poets of the first world war, says Stephen Romer. Voir plus d'idées sur le thème calligramme, caligraphie, guillaume apollinaire. Of blood, of ardour, he’s the fowl.                 On ne peut rien dire,               Rien de ce qui se passe,             Mais on change de Secteur,             Ah  ! Voir plus d'idées sur le thème calligramme, guillaume apollinaire, calligramme apollinaire. from Calligrammes: Poems of Peace and War (). Guillaume Apollinairepublie en 1918 son second grand recueil poétique, "Calligrammes", quelques mois avant de mourir de la grippe espagnole le 9 novembre 1918à Paris. Calligrammes by Guillaume Apollinaire from ‘Poems of Peace and War’. Publication préoriginale : Les Soirées de Paris, nº 25, 15 juin 1914. Guillaume Apollinaire, Calligramme, La cravate et la montre Tour Eiffel Salut monde dont je suis la langue éloquente que sa bouche O Paris tire et tirera toujours aux allemands. Titre : l’« abri-caverne » est enterré sous six mètres de terre, à l’abri des obus. Ce titre est celui de la section de Calligrammes en tête de laquelle ils sont réunis dans un ordre inchangé, sans dédicace, ne laissant transparaître qu’aux initiés les allusions personnelles dont ils sont chargés. Il nomme également ces poèmes idéogrammes lyriques. Le miroir forme une mandorle, forme où s’inscrit la figure du Christ dans la peinture byzantine. Publication préoriginale : Les Soirées de Paris, nº 21, 15 février 1914. Publication préoriginale : Les Soirées de Paris, nº 19, 15 décembre 1913. Apollinaire fut un poète français du début du 20 e siècle. Proche par son contenu descriptif du « Palais du tonnerre », il témoigne de façon émouvante de la « contradiction » entre l’imaginaire et le réel, et de l’angoisse d’un avenir « brut ». Guillaume Apollinaire, Calligramme, Tour Eiffel Recherches personnelles : Vous pouvez présenter Apollinaire et faire un petit exposé sur le calligramme. Le recueil n’a pas vu le jour, mais les sept poèmes ont paru dans le Mercure de France, nº 433, 1er juillet 1916, sous le titre Lueurs des tirs. Calligrammes: Poems of Peace and War 1913-1916, is a collection of poems by Guillaume Apollinaire which was first published in 1918 (see 1918 in poetry).                                   Eh ! 126. Il meurt à Paris le 9 novembre 1918 de la grippe espagnole, mais est déclaré mort pour la France2 en raison de son engagement durant la guerre. « La Grâce exilée » compose avec les six poèmes suivants un « petit roman poétique guerrier » qu’Apollinaire avait intitulé Le Médaillon toujours fermé. 34. Une copie en a été adressée à Louise Faure-Favier, une autre à Madeleine. Accueil; L’Ours; La Marmotte; Tarifs; Calendrier; Livre d’Or; guillaume apollinaire calligramme Le poème a été composé sur une carte postale représentant un tableau de Robert Delaunay, « Tour », à l’occasion de l’exposition du peintre à Berlin en décembre 1913. Publication préoriginale : Les Écrits français, nº 1, 5 décembre 1913. Calligrammes « Poèmes de paix et de guerre » 1918. La seconde bataille de Champagne, marquée par une offensive générale de l’armée française, se déroule du 22 au 25 septembre 1915. In this sense, the collection can be seen as either concrete poetry or visual poetry. 133.     Titre : allusion au mythe d’Ixion, amoureux d’Héra : Zeus transforme celle-ci en nuée au moment où il l’étreint (voir « Vendémiaire », p. 000). Sur le manuscrit, les vers sont séparés par des croix qui soulignent la discontinuité de ces notations lancées comme des « fusées ». Guillaume Apollinaire, de son vrai nom Guillaume Albert Vladimir Alexandre Apollinaire de Kostrowitzky, est né à Rome, en Italie. Calligrammes is noted for how the typeface and spatial arrangement of the words on a page plays just as much of a role in the meaning of each poem as the words themselves – a form called a calligram. Les œuvres de Guillaume Apollinaire sont rassemblées dans le recueil Calligrammes, paru en 1918. Voir plus d'idées sur le thème calligramme, calligramme apollinaire, guillaume apollinaire. 1 avr. tu assassines les arbres qui sont tes G.V.C. La dédicace discrète « À Mlle P… » marque les débuts d’une liaison : Apollinaire a rencontré Madeleine Pagès le 2 janvier 1915, et commence à lui écrire le 8 avril. Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise. Cela permet d'allier l'imagination visuelle à celle portée par les mots. Apollinaire described his work as follows: The Calligrammes are an idealisation of free verse poetry and typographical precision in an era when typography is reaching a brilliant end to its career, at the dawn of the new means of reproduction that are the cinema and the phonograph. 251. 85. Poète du tout début du XX ème siècle, Guillaume Apollinaire est marqué à la fois par les idées du courant symboliste de ses prédécesseurs (Verlaine, Mallarmé) ou par celles du courant surréaliste qui va dominer le début du XX ème siècle. Déchiffrer un calligramme n’est pas toujours facile. 24 janv. Dédicace : le magistrat Joseph Granié (1863-1919), ami d’Apollinaire, était aussi critique d’art et collectionneur. Philippe Soupault évoque les circonstances de sa rédaction, qui eut lieu sans doute au printemps 1917, ce qui explique la gravité de cette méditation sur les morts devenus ombre du poète, et alignés comme des munitions dans le « caisson » réglementaire. Delaunay, dédicataire du poème, avait associé dans ses tableaux la tour Eiffel à la Grande Roue de l’Exposition universelle de 1889. El día 5 de Junio celebramos el 117 nacimiento del poeta y dramaturgo granadino Federico García Lorca. En 1901, il s’engagea comme précepteur en Allemagne, et tomba amoureux d’une jeune gouvernante qui refusa ses avances. Le bouquet de fleurs de Guillaume Apollinair le laurier rose fleur guerrière.Guillaume Apollinaire, Calligramme, La colombe et le jet d'eau La cravate et la montre La cravate douloureuse que tu portes et qui t'orne, o civilisé, Ote-la si tu veux respirer. Pour Jérôme Peignot, spécialiste de la typographie, le calligramme relève de quatre domaines : la littérature, la peinture, la calligraphie mais aussi la philosophie, ce … (Guillaume Apollinaire, in a letter to André Billy)[2], Poetry collection by Guillaume Apollinaire, Apollinaire, Guillaume, quoted in the preface by, Action: Cahiers Individualistes De Philosophie Et D’art, October 1920, The Cubist Painters, Aesthetic Meditations, https://en.wikipedia.org/w/index.php?title=Calligrammes&oldid=994825807, Short description is different from Wikidata, Srpskohrvatski / српскохрватски, Creative Commons Attribution-ShareAlike License, This page was last edited on 17 December 2020, at 19:03. Ont participé à cette édition électronique : À la mémoire du plus ancien de mes camarades, Tous les amoureux qu’un seul lien a liés, Quand chantent les aras dans les forêts natales, Il y a un poème à faire sur l’oiseau qui n’a qu’une aile, Nous l’enverrons en message téléphonique, Voilà une jolie jeune fille parmi les jeunes Turinaises, Le pauvre jeune homme se mouchait dans sa cravate blanche, Et maintenant voilà que s’ouvre la fenêtre, Araignées quand les mains tissaient la lumière, Nous tenterons en vain de prendre du repos, Bigorneaux Lotte multiples Soleils et l’Oursin du couchant, Une vieille paire de chaussures jaunes devant la fenêtre, Arbres creux qui abritent les Câpresses vagabondes, Où le train blanc de neige et de feux nocturnes fuit l’hiver, Paris Vancouver Hyères Maintenon New-York et les Antilles, [Maison] voici la maison où naissent les étoiles et les divinités, [Arbre] cet arbrisseau qui se prépare à fructifier te ressemble, [Personnage] amants couchés ensemble vous vous séparerez mes membres, Ou soit qu’elle n’ait qu’un croissant, Tu chantes avec les autres tandis que les phonographes galopent, Où sont les aveugles où s’en sont-ils allés, La seule feuille que j’aie cueillie s’est changée en plusieurs mirages, Ne m’abandonnez pas parmi cette foule de femmes au marché, Ispahan s’est fait un ciel de carreaux émaillés de bleu, Et je remonte avec vous une route aux environs de Lyon, Je n’ai pas oublié le son de la clochette d’un marchand de coco d’autrefois, J’entends déjà le son aigre de cette voix à venir, Du camarade qui se promènera avec toi en Europe, Et cette banlieue de sable autour d’une pauvre ville au fond de l’est, Et ce voyageur épileptique écumait dans la salle d’attente des premières, Nous avions loué deux coupés dans le transsibérien, Tour à tour nous dormions le voyageur en bijouterie et moi, Mais celui qui veillait ne cachait point un revolver armé, Tu t’es promené à Leipzig avec une femme mince déguisée en homme, Intelligence car voilà ce que c’est qu’une femme intelligente, Et il ne faudrait pas oublier les légendes, Je voyais une chasse tandis que je montais, Et l’ascenseur s’arrêtait à chaque étage, Entre les vêtements multicolores de la vitrine, Entre les charbons ardents du marchand de marrons, Entre deux vaisseaux norvégiens amarrés à Rouen, Elle pousse entre les bouleaux de la Finlande, C’est quand tu reçus une carte postale de La Corogne, La mère de la concierge et la concierge laisseront tout passer, Si tu es un homme tu m’accompagneras ce soir, Il suffirait qu’un type maintînt la porte cochère, Quand tu auras fini nous jouerons une partie de jacquet, Un chef d’orchestre qui a mal à la gorge, Quand tu viendras à Tunis je te ferai fumer du kief, Des piles de soucoupes des fleurs un calendrier, Je dois fiche près de 300 francs à ma probloque, Je préférerais me couper le parfaitement que de les lui donner, Je crois que nous allons nous embrouiller encore davantage, Cette dame a le nez comme un ver solitaire, Moi je n’ai pas de fourrure et je n’ai pas froid, Le Danois fume sa cigarette en consultant l’horaire, La serveuse rousse a été enlevée par un libraire, Un journaliste que je connais d’ailleurs très vaguement, Écoute Jacques c’est très sérieux ce que je vais te dire, Il me dit monsieur voulez-vous voir ce que je peux faire d’eaux fortes et de tableaux, Une fois là il me présente un gros bonhomme, La dernière fois que j’ai été en Chine, L’Honneur tient souvent à l’heure que marque la pendule, Je traverse la ville nez en avant et je la coupe en 2, J’étais au bord du Rhin quand tu partis pour le Mexique, Ta voix me parvient malgré l’énorme distance, Gens de mauvaise mine sur le quai à la Vera Cruz, de profiter du courrier de Vera Cruz qui n’est pas sûr, Tout est calme ici et nous sommes dans l’attente, Sur la rive gauche devant le pont d’Iéna, Te souviens-tu du tremblement de terre entre 1885 et 1890, R r o o o to ro ro ro ting ting ro o changement de section ting ting, z z z z z z z z z z z z ou ou ou o o o o o o de vos jardins fleuris fermez les portes, cré cré cré cré cré cré cré cré cré cré cré cré cré cré cré cré cré cré cré cré cré cré cré cré, et comment j’ai brûlé le dur avec ma gerce, rue St-Isidore à La Havane ça n’existe +, Il appelait l’Indien Hijo de la Cingada, je me suis levé à 2h. 63. Le poème est adressé à Madeleine le 6 octobre. Un calligramme est un poème dont la disposition graphique sur la page forme un dessin, généralement en rapport avec le sujet du texte, mais il arrive parfois que la forme apporte un sens qui s'oppose au texte. Guillaume Apollinaire, de son vrai nom Wilhelm Albert Włodzimierz Apollinary de Wąż-Kostrowicki, est né en Italie en 1880, d’une mère polonaise (de l’Empire russe) et d’un officier italien. Le poème est envoyé à Madeleine et à Lou le même jour, 11 mai 1915. The Ibis ‘Storks in a Nest’ Magdalena van de Passe, Peter Paul Rubens, 1617 - 1634, The Rijksmuseun. I praise those who love me, too. Oh ! De même, dans son poème « La cravate et la montre » extrait de ses Calligramme, Guillaume Apollinaire offre un calligramme figuratif : le texte dessine ce dont il parle « Calligrammes (Guillaume Apollinaire) » Apollinaire, Guillaume. Sa mère était Polonaise, et son père inconnu, probablement un officier italien. Source : Guillaume Apollinaire, Calligrammes, poèmes de la paix et de la guerre 1913-1916, Mercure de France, 1918. Calligrammes: Poems of Peace and War 1913-1916, is a collection of poems by Guillaume Apollinaire which was first published in 1918 (see 1918 in poetry). Guillaume Apollinaire (French: [É¡ijom apɔlinɛʁ]; 26 August 1880 – 9 November 1918) was a French poet, playwright, short story writer, novelist, and art critic of Polish-Belarusian descent. L’art visuel du calligramme : Outre les thèmes explicites du recueil, tels que la guerre, l’amour, les villes et la personne d’Apollinaire lui-même, Calligramme est particulièrement intéressant par le rapport qu’il tisse entre la poésie et les arts visuels. 258. Le but de l'usage du calligramme est la traduction en poésie des rapports dynamiques à l'intérieur du monde et des rapports que le poète a avec les choses. Celle-ci vit en Espagne (d’où « l’infante », v. 4) avec son mari allemand : le poète la voue à l’exil (v. 5), et substitue aux « écharpes changeantes » de Marie un « drapeau » (v. 7) qui flotte virilement sur le front du Nord. du matin et j’ai déjà bu un mouton, le câblogramme comportait 2 mots en sûreté, Toussaint Luca est maintenant à Poitiers, Madame Salmajour avait appris en Océanie à tirer les cartes, C’est là-bas qu’elle avait eu encore l’occasion de participer, À une scène savoureuse d’anthropophagie, En ce qui concerne l’avenir elle ne se trompait jamais, Une cartomancienne céretane Marguerite je ne sais plus quoi,                          Est également habile,                          La plus précise, Tout ce qu’elle m’a dit du passé était vrai et tout ce qu’elle, M’a annoncé s’est vérifié dans le temps qu’elle indiquait, J’ai connu un sciomancien mais je n’ai pas voulu qu’il interrogeât mon ombre, Je connais un sourcier c’est le peintre norvégien Diriks, Miroir brisé sel renversé ou pain qui tombe, Puissent ces dieux sans figure m’épargner toujours, Au demeurant je ne crois pas mais je regarde et j’écoute et notez, Car je ne crois pas mais je regarde et quand c’est possible j’écoute, Tout le monde est prophète mon cher André Billy, Mais il y a si longtemps qu’on fait croire aux gens, Qu’ils n’ont aucun avenir qu’ils sont ignorants à jamais,                           Et idiots de naissance, Qu’on en a pris son parti et que nul n’a même l’idée, De se demander s’il connaît l’avenir ou non, Il n’y a pas d’esprit religieux dans tout cela, Ni dans les superstitions ni dans les prophéties, Ni dans tout ce que l’on nomme occultisme, Il y a avant tout une façon d’observer la nature, J’ai enfin le droit de saluer des êtres que je ne connais pas, Ils passent devant moi et s’accumulent au loin, Tandis que tout ce que j’en vois m’est inconnu, Et leur espoir n’est pas moins fort que le mien, Je ne chante pas ce monde ni les autres astres, Je chante toutes les possibilités de moi-même hors de ce monde et des astres, Je chante la joie d’errer et le plaisir d’en mourir, Passeur des morts et les mordonnantes mériennes, Des millions de mouches éventaient une splendeur, Quand un homme sans yeux sans nez et sans oreilles, Quittant le Sébasto entra dans la rue Aubry-le-Boucher, Jeune l’homme était brun et ce couleur de fraise sur les joues, Il jouait de la flûte et la musique dirigeait ses pas, Il s’arrêta au coin de la rue Saint-Martin, Jouant l’air que je chante et que j’ai inventé, Les femmes qui passaient s’arrêtaient près de lui, Lorsque tout à coup les cloches de Saint-Merry se mirent à sonner, Le musicien cessa de jouer et but à la fontaine, Qui se trouve au coin de la rue Simon-Le-Franc, Et revenant sur ses pas marcha jusqu’à la rue de la Verrerie, Où il entra suivi par la troupe des femmes, Qui venaient par les rues traversières les yeux fous, Les mains tendues vers le mélodieux ravisseur, Il s’en allait indifférent jouant son air, À quelle heure un train partira-t-il pour Paris, Les pigeons des Moluques fientaient des noix muscades, Mission catholique de Bôma qu’as-tu fait du sculpteur, Elle traverse un pont qui relie Bonn à Beuel et disparaît à travers Pützchen, Rivalise donc poète avec les étiquettes des parfumeurs, En somme ô rieurs vous n’avez pas tiré grand-chose des hommes, Et à peine avez-vous extrait un peu de graisse de leur misère, Mais nous qui mourons de vivre loin l’un de l’autre, Tendons nos bras et sur ces rails roule un long train de marchandises, Tu pleurais assise près de moi au fond d’un fiacre, Tu me ressembles tu me ressembles malheureusement, Nous nous ressemblions comme dans l’architecture du siècle dernier, Ces hautes cheminées pareilles à des tours, Nous allons plus haut maintenant et ne touchons plus le sol, Le cortège des femmes long comme un jour sans pain, Suivait dans la rue de la Verrerie l’heureux musicien, C’est quand jadis le roi s’en allait à Vincennes, Quand les ambassadeurs arrivaient à Paris, Quand le maigre Suger se hâtait vers la Seine, Quand l’émeute mourait autour de Saint-Merry, Les femmes débordaient tant leur nombre était grand, Ah ! Publication préoriginale : Nord-Sud, nº 12, février 1918, daté « 3 avril 1915 ». 183. Ariane et toi Pâquette et toi Amine, Et toi Colette et toi la belle Geneviève, Et leurs pas légers et prestes se mouvaient selon la cadence, L’inconnu s’arrêta un moment devant une maison à vendre, La cour sert de remise à des voitures de livraisons, Sa musique qui s’éloignait devint langoureuse, Les femmes le suivirent dans la maison abandonnée, Et toutes y entrèrent confondues en bande, Toutes toutes y entrèrent sans regarder derrière elles, Sans regretter le jour la vie et la mémoire, Il ne resta bientôt plus personne dans la rue de la Verrerie, Sinon moi-même et un prêtre de Saint-Merry, À Saint-Merry c’est l’Angélus qui sonne, C’est quand jadis le roi revenait de Vincennes, Il vint des soldats de la garde républicaine, Troupeau de regards langoureux des femmes, J’entends mourir le son d’une flûte lointaine, la cravate douloureuse que tu portes et qui t’orne ô civilisé ôte-la si tu veux bien respirer, la beauté de la vie passe la douleur de mourir, l’infini redressé par un fous de philosophe, et le vers dantesque luisant et cadavérique, Comme c’était la veille du quatorze juillet, Vers les quatre heures de l’après-midi, Je descendis dans la rue pour aller voir les saltimbanques, Dans ma jeunesse on en voyait beaucoup plus qu’aujourd’hui, Ils s’en sont allés presque tous en province, Et sur une petite place située entre Saint-Germain-des-Prés et la statue de Danton, La foule les entourait muette et résignée à attendre, Je me fis une place dans ce cercle afin de tout voir, Villes de Belgique soulevées à bras tendu par un ouvrier russe de Longwy, Haltères noirs et creux qui ont pour tige un fleuve figé, Doigts roulant une cigarette amère et délicieuse comme la vie, De nombreux tapis sales couvraient le sol, Tapis qui ont des plis qu’on ne défera pas, Tapis qui sont presque entièrement couleur de la poussière, Et où quelques taches jaunes ou vertes ont persisté, Comme un air de musique qui vous poursuit, La cendre de ses pères lui sortait en barbe grisonnante, Il portait ainsi toute son hérédité au visage, En tournant machinalement un orgue de Barbarie, Dont la lente voix se lamentait merveilleusement, Les glouglous les couacs et les sourds gémissements, Le plus vieux avait un maillot couleur de ce rose violâtre qu’ont aux joues certaines jeunes filles fraîches mais près de la mort, Ce rose-là se niche surtout dans les plis qui entourent souvent leur bouche, Les bras les bras partout montaient la garde, Un autre enfin avait l’air d’un voyou, Avec son pantalon bouffant et les accroche-chaussettes, N’aurait-il pas eu l’apparence d’un maquereau à sa toilette, La musique se tut et ce furent des pourparlers avec le public, Qui sou à sou jeta sur le tapis la somme de deux francs cinquante, Au lieu des trois francs que le vieux avait fixés comme prix des tours, Mais quand il fut clair que personne ne donnerait plus rien, De dessous l’orgue sortit un tout petit saltimbanque habillé de rose pulmonaire, Avec de la fourrure aux poignets et aux chevilles, Et saluait en écartant gentiment les avant-bras, Une jambe en arrière prête à la génuflexion, Il salua ainsi aux quatre points cardinaux, Son corps mince devint une musique si délicate que nul parmi les spectateurs n’y fut insensible, Que moulait l’homme au visage couvert d’ancêtres, Et que l’organiste se cacha le visage dans les mains, Aux doigts semblables aux descendants de son destin, Fœtus minuscules qui lui sortaient de la barbe, Les saltimbanques soulevèrent les gros haltères à bout de bras, Mais chaque spectateur cherchait en soi l’enfant miraculeux, Mon Cœur semblable à une flamme renversée, Les rois qui meurent tour à tour renaissent au cœur des poètes, Dans ce miroir je suis enclos vivant et vrai comme on imagine les anges et non comme sont les reflets, dans les vals et les beaux bois frais du tendre été si pâle, la douce nuit lunaire et pleine d’étoiles, Ton visage écarlate ton biplan transformable en hydroplan, Ta maison ronde où il nage un hareng saur, Heureusement que nous avons vu M. Panado, Et nous sommes tranquilles de ce côté-lÃ, Qu’est-ce que tu vois mon vieux M. D…, 90 ou 324 un homme en l’air un veau qui regarde à travers le ventre de sa mère, Tant d’yeux sont clos au bord des routes, Le vieux se lave les pieds dans la cuvette, Je me mis à pleurer en me souvenant de vos enfances, Et toi tu me montres un violet épouvantable, Ce petit tableau où il y a une voiture m’a rappelé le jour, Un jour fait de morceaux mauves jaunes bleus verts et rouges, Où je m’en allais à la campagne avec une charmante cheminée tenant sa chienne en laisse, Il n’y en a plus tu n’as plus ton petit mirliton, La cheminée fume loin de moi des cigarettes russes, À travers l’Europe vêtue de petits feux multicolores, Il pleut des voix de femmes comme si elles étaient mortes même dans le souvenir, c’est vous aussi qu’il pleur merveilleuses rencontres de ma vie ô gouttelettes, et ces nuages cabrés se prennent à hennir tout comme un univers de villes auriculaires, écoute s’il pleut tandis que le regret et le dédain pleurent une ancienne musique, écoute tomber les liens qui te retiennent, Je partis de Deauville un peu avant minuit, Des géants furieux se dressaient sur l’Europe, Les aigles quittaient leur aire attendant le soleil, Les poissons voraces montaient des abîmes, Les peuples accouraient pour se connaître à fond, Les morts tremblaient de peur dans leurs sombres demeures, Les chiens aboyaient vers là-bas où étaient les frontières, Je m’en allais portant en moi toutes ces armées qui se battaient, Je les sentais monter en moi et s’étaler les contrées où elles serpentaient, Avec les forêts les villages heureux de la Belgique, Francorchamps avec l’Eau Rouge et les pouhons, Région par où se font toujours les invasions, Artères ferroviaires où ceux qui s’en allaient mourir, Saluaient encore une fois la vie colorée, Océans profonds où remuaient les monstres, Hauteurs inimaginables où l’homme combat, Et descend tout à coup comme une étoile filante, Je sentais en moi des êtres neufs pleins de dextérité, Bâtir et aussi agencer un univers nouveau, Un marchand d’une opulence inouïe et d’une taille prodigieuse, De grands troupeaux muets qui broutaient les paroles, Et contre lesquels aboyaient tous les chiens sur la route, Et quand après avoir passé l’après-midi, Au moment où l’on affichait la mobilisation, Que la petite auto nous avait conduits dans une époque, Et bien qu’étant déjà tous deux des hommes mûrs, Ô départ sombre où mouraient nos 3 phares, comme la balle à travers le corps le son traverse la vérité car la raison c’est ton art femme, o batailles la terre tremble comme une ma[n] doline, Que cet œillet te dise la loi des odeurs qu’on n’a pas encore promulguée et qui viendra un jour régner sur nos cerveaux bien + précise & + subtile que les sons qui nous dirigent, Je préfère ton nez à tous tes organes ô mon amie, Ô nez de la pipe les odeurs-centre fourneau y forgent les chaînes univers infiniment déliées qui lient les autres raisons formelles, Des fleurs à ras du sol regardent par bouffées, Les boucles des odeurs par tes mains décoiffées, Mais je connais aussi les grottes parfumées, Où plus doux que la nuit et plus pur que le jour, Tu t’étends comme un dieu fatigué par l’amour,                  Tu fascines les flammes,                  Elles rampent à tes pieds,                  Ces nonchalantes femmes,                  Tes feuilles de papier, Je me suis engagé sous le plus beau des cieux, Je suis un charretier du neuf charroi de Nîmes, Épousent ardemment et sans cesse les buts, J’attends que le printemps commande que s’en aille, Vers le nord glorieux l’intrépide bleusaille, Les 3 servants assis dodelinent leurs fronts, Où brillent leurs yeux clairs comme mes éperons, Un bel après-midi de garde à l’écurie, J’entends sonner les trompettes d’artillerie, Qui va rejoindre au front notre beau régiment, À l’anchois en parlant de sa femme malade, 4 pointeurs fixaient les bulles des niveaux, Qui remuaient ainsi que les yeux des chevaux, Un grand air d’opéra toi l’écoutant tu pleures, Gris comme l’eau de Seine et je songe à Paris, Mais ce pâle blessé m’a dit à la cantine, Des obus dans la nuit la splendeur argentine, Je selle mon cheval nous battons la campagne, Je te salue au loin belle rose ô tour Magne, Mais près d’un jet d’eau qui pleure et prie, Ceux qui sont partis à la guerre au nord se battent maintenant, Jardins où saigne abondamment le laurier rose fleur guerrière, Me voici libre et fier parmi mes compagnons, Le Réveil a sonné et dans le petit jour je salue, Les 3 servants bras dessus bras dessous se sont endormis sur l’avant-train, Et conducteur par mont par val sur le porteur, Au pas au trot ou au galop je conduis le canon, Le bras de l’officier est mon étoile polaire, Il pleut mon manteau est trempé et je m’essuie parfois la figure, Avec la serviette-torchon qui est dans la sacoche du sous-verge, Voici des fantassins aux pas pesants aux pieds boueux, La pluie les pique de ses aiguilles le sac les suit, Le lièvre détale et voici un ruisseau que j’aime, Et cette jeune femme nous salue charretiers, La Victoire se tient après nos jugulaires, Et calcule pour nos canons les mesures angulaires, Nos salves nos rafales sont ses cris de joie, Ses fleurs sont nos obus aux gerbes merveilleuses, Sa pensée se recueille aux tranchées glorieuses, qui a foutu la vxxxxx à toute l’artillerie, l’artillerie ne s’est pas aperçu qu’elle avait mal au [cul], Sacré nom de Dieu quelle allure nom de Dieu quelle allure, souvenirs de Paris avant la guerre ils seront bien plus doux après la victoire, salut monde dont je suis la langue éloquente que sa bouche ô Paris tire et tirera toujours aux Allemands, j’entends chanter l’oiseau le bel oiseau rapace,            Mon cher André Rouveyre,            Troudla la Champignon Tabatière,            On ne sait quand on partira,            Ni quand on reviendra,            Au Mercure de France,            Mars revient tout couleur d’espérance,            J’ai envoyé mon papier,            Sur papier quadrillé, J’entends les pas des grands chevaux d’artillerie allant au trot sur la grand-route où moi je veille, Un grand manteau gris de crayon comme le ciel m’enveloppe jusqu’à l’oreille,                                    Quel,                                    Ciel,                                    Triste,                                    Piste,                                    Où,                                    Va le,                                    Pâle,                                    Sou-,                                    rire,        De la lune qui me regarde écrire, Souvenirs de mes compagnons morts à la guerre, Comme cent fourrures ne font qu’un manteau, Comme ces milliers de blessures ne font qu’un article de journal, Apparence impalpable et sombre qui avez pris, Un indien à l’affût pendant l’éternité, Vous ne connaîtrez plus les poèmes divins que je chante, Tandis que moi je vous entends je vous vois encore, Vous qui m’aimez assez pour ne jamais me quitter, Et qui dansez au soleil sans faire de poussière, Se love de la mer jusqu’à l’espoir attendrissant de l’Est,                                      les,                                            cieux, dans la solution de bicarbonate de sodium, les masques seront simplement mouillés des larmes de rire de rire, Chevaux couleur cerise limite des Zélandes, Des mitrailleuses d’or coassent des légendes, Je t’aime liberté qui veilles dans les hypogées, Harpe aux cordes d’argent ô pluie ô ma musique, L’invisible ennemi plaie d’argent au soleil, Et l’avenir secret que la fusée élucide, Les villes tour à tour deviennent des clefs, Guerre paisible ascèse solitude métaphysique, mais l’auto-bazar que l’on dit merveilleux, Rapidité attentive à peine un peu d’incertitude, Mais la couleuvre me regarde dressée comme une épée, Un trou d’obus propre comme une salle de bain, Le crapaud chantait les saphirs nocturnes, Et le long du canal des filles s’en allaient, On tire dans la direction « des bruits entendus », Ne pleurez donc pas sur les horreurs de la guerre, Avant elle nous n’avions que la surface,                A tant changé,                          En moi,                       Sauf mon Amour.